Conditions de travail et de confort dans les locaux tertiaires

La conférence sur les conditions de travail et de confort dans les locaux tertiaires était présentée par le groupe APAVE, co-animée par Denis Tissot (responsable d’axes de développement de la qualité de l’air intérieur) et Anne-Marie Wafflard (consultante en sécurité et santé de l’environnement).

Le groupe APAVE a pour mission de contribuer à l’amélioration de la sécurité des Hommes et des biens, et de maîtriser les risques. Pour cela, APAVE fait appel à cinq prestations qui sont l’inspection, le bâtiment, les essais et mesures, le conseil et enfin la formation professionnelle. Pour y parvenir, APAVE emploie 10 650 collaborateurs pour 50 agences et 141 sites.

Les intervenants se sont focalisés sur trois points. Le premier était les conditions de travail et de confort dans les locaux tertiaires en matière de confort thermique, acoustique et visuel. Le second point qui nous a été présenté était la qualité de l’air intérieur, les enjeux pour les salariés et les polluants présents. Et enfin, en lien avec ce second point, les méthodes pour analyser la qualité de l’air et les missions d’accompagnement.

Il n’y a pas de loi, texte réglementaire, qui concerne le confort acoustique. Pour le calculer, on mesure les causes d’insatisfaction acoustiques et pour cela il y a trois niveaux : courant (le minimum que l’on doit atteindre), performant (propice pour le travail) et très performant (le niveau de confort parfait). Les différents paramètres à prendre en compte sont nombreux, en voici quelques exemples : isolement des bâtiments et des bureaux entre eux, les bruits de chocs, la réverbération du son… . Pour améliorer les conditions de travail et diminuer les bruits ambiants, des actions peuvent être mises en place (par exemple un faux plafond, etc…).

En ce qui concerne le confort visuel, il y a un réel vieillissement de la vision. Les principales causes sont le travail sur ordinateur, l’éclairage de la pièce, l’apport de lumière naturelle. Pour cela des indices existent tel que l’IRC (indice de rendu des couleurs).

La deuxième partie de la conférence concernée la qualité de l’air intérieure. Une question, pourquoi s’y préoccuper ? Nous passons 80% de notre temps dans des espaces clos, la pollution spécifique est plus forte qu’en extérieur, la qualité de l’air a des impacts sur le confort et la santé (somnolence à allergies respiratoires), etc.… Denis TISSOT nous a convaincu, par ses nombreuses raisons, que c’est un sujet dont il faut se préoccuper.

Plusieurs facteurs impactent sur la qualité de l’air :

  • L’air extérieur : la pollution liée à l’activité ou au naturel
  • Les occupants : le tabagisme, le nettoyage, les animaux domestiques, etc. …
  • Le bâtiment : les matériaux utilisés (peintures…)
  • Le sous-sol : les friches industrielles
  • L’ameublement et l’équipement
  • Les polluants (chimiques, physiques ou biologiques)

APAVE a mis en place une méthodologie pour évaluer la qualité de l’air. Dans un premier temps il analyse le contexte avec des enquêtes préalables, puis identifie les sources avec des enquêtes « in situ », il met en place un programme de mesure avec la formulation de préconisations (solutions). Pour finir, APAVE réalise un rapport d’intervention et accompagne les entreprises dans la gestion de cette qualité.

Cette conférence a permis de mettre en avant les enjeux de santé et de confort liés à l’air, à l’acoustique, au thermique et au visuel. Des états qui semblent tellement naturels qu’on a tendance à les oublier, et qui pourtant doivent être suivis et entretenus pour garantir une vie professionnelle saine à tous les salariés.

Clémentine Morillon et Marion Potier (Promo 2014-2015)