Marie, une RH qui vous veut du bien.

De son enfance en Polynésie, à sa vie actuelle d’étudiante, Marie Crespin a emprunté plusieurs chemins. Aujourd’hui à 28 ans, ce n’est pas à Rome qu’elle pose ses valises mais sur les rives de la Loire pour se former au métier de RH.

C’est au milieu de la cours de l’IUT de Nantes, que se trouve Marie. Cette jeune Brestoise élancée est assise en toute simplicité dans l’herbe. Il n’y a qu’à la regarder pour savoir que tout se passera bien. Ses grands yeux verts et son sourire remplient de bienveillance mettent rapidement à l’aise. Elle rappelle les copines d’études, les copines de toujours. Celles qui accompagnent les premiers instants d’indépendance, les premières sorties, celles avec qui il y aura toujours des choses à raconter. Entre moineau et femme fatale cette naïade aux reflets cuivrés nous réserve bien des surprises, mais commençons par le début.

Son regard se lève vers le ciel, elle fouille son passée. Enfant, Marie se décrit comme timide, « les relations avec les gens ne sont pas simples ». Elle trouve ça plus facile avec les animaux. Ils ne jugent pas, ne se préoccupent pas de l’apparence, ni des notes obtenues à l’école et sont toujours contents de voir les gens.  Elle veut prendre soin des animaux et rêve de devenir vétérinaire.

Marie grandit, lit, voyage. Elle reste 4 ans à Tahiti avec sa famille. Elle en profite pour découvrir la Nouvelle Zélande, la Nouvelle Calédonie et s’offre même un périple aux Chili. Voyager elle aime ça. Se couper de ses habitudes, aller à la rencontre des autres, « voir comment les gens vivent ailleurs ». Elle assure que dans son quotidien il n’y a pas de place pour la monotonie. « Jamais plus de deux ans au même endroit ». Sortir de sa zone de confort ne lui fait pas peur. Elle puise son énergie dans la découverte, le renouveau, la lecture de poèmes et de biographies. « J’aime les œuvres comme l’Ecume des jours de Boris Vian, Soufi Mon amour d’Elif Shafack. Ces livres sont riches d’enseignements transposables dans la vie »

Cet amour de la lecture la conduit à passer un baccalauréat économique et social. La petite fille timide laisse place à une jeune fille plus sûre d’elle, prête à en découdre avec l’injustice. Elle envisage de devenir assistante sociale. Elle commence une première année d’étude à l’Institut Régionale de Travail Social de Paris. Confrontée à des situations de grandes misères, sa sensibilité est exacerbée. Sans renier ses convictions Marie s’engage bénévolement auprès de la Croix Rouge et fait le choix de changer de voie professionnelle. Elle se lance dans le recrutement, obtient un BTS Assistance de gestion PME PMI puis signe un contrat à la mission locale de Brest.

Ce chemin parcouru lui permet de découvrir son appétence pour le développement des compétences et la formation. Elle veut participer au bien être des salariés dans l’entreprise en accompagnant les personnes dans l’évolution de leur parcours. La voilà donc de retour sur les bancs de l’école pour obtenir une licence professionnelle Gestion des Ressources Humaines.

Pour Marie il n’y a pas de doute, « la plus grande richesse est humaine». Si vous croisez cette globetrotteuse sur votre chemin soyez confiant vous êtes entre de bonnes mains !

Par Vanessa Le Roch